_edited.jpg

LES NEUROSCIENCES

AU SERVICE DE L'ENTREPRISE

artificial-intelligence-4389372_1920 (1)

NEUROSCIENCES

Les neurosciences permettent de comprendre comment fonctionne notre cerveau et par conséquence, comment nous réfléchissons, décidons, communiquons avec les autres et avec notre environnement. Une connaissance approfondie de ces sciences permettent aux dirigeants de prendre de meilleures décisions, de communiquer leur stratégie avec plus d'efficacité et de développer leurs qualités de leadership.

Les neurosciences cognitives

Les neurosciences cognitives traitent de la prise de décision. L'art de prendre la bonne décision. Le/la dirigeant(e) prend un nombre limité de décisions stratégiques. Comment s'assurer qu'il/elle prenne les bonnes décisions. Nous sommes tous influencés par des biais cognitifs que nous ne pouvons pas contrôler. Comment dans ce cas, pouvons-nous être certain de prendre la bonne décision?

Les neurosciences comportementales

La partie des neurosciences comportementales qui nous concerne ici est l'activation des hormones et des neurotransmetteurs. Comment votre comportement comme dirigeant, les mots que vous utilisez, votre communication non verbale peuvent susciter une plus grande adhésion à votre communication et donc à votre stratégie en créant un sentiment de confiance chez vos collaborateurs

Les neurosciences appliquées à l'entreprise

Un peu d'histoire

Le cerveau humain est le fruit de millions d'années d'évolution. Pendant des centaines de milliers d'années, l'homme a évolué dans un milieu hostile où sa survie était sa principale préoccupation. Pour rester en vie, l'homme a développé la partie la plus "archaïque" de son cerveau, fuir ou combattre. En 4 millions d'années, la taille du cerveau humain a été multiplié par 4,5x. Durant cette longue période, le cerveau s'est développé et s'est notamment doté d'un néo cortex, siège de la réflexion et de la pensée.

Cette évolution n'a pas été linéaire et mettons en perspective l'évolution du mode de vie de l'homme depuis 500 ans par rapport aux millions d'années d'évolution antérieures. A titre d'exemple, il y a dans un smartphone aujourd'hui, 70 000 fois la puissance informatique de la capsule Apollo 11.

Comment le cerveau humain a-t-il pu faire toutes ces choses et s'adapter? La réponse réside dans la puissance du groupe humain. La maîtrise du feu il y a 400 000 ans a ainsi joué un rôle déterminant dans le développement du cerveau humain: regroupement de la tribu autour du feu, sécurité vis-à-vis des bêtes sauvages, meilleure alimentation ont permis une allocation d'énergie plus grande au cerveau et en même temps des interactions sociales plus développées. 

Néanmoins, malgré sa fantastique capacité d'adaptation, le cerveau est à la traîne pour faire face à l'accélération de notre civilisation. Pour citer Daniel Goleman: "Nous faisons trop souvent face aux dilemmes posés par la société postmoderne avec une panoplie psychologique datant du Pleistocène" ("L'intelligence émotionnelle")

seratonin-3304364_1280_edited.jpg

Comment fonctionne le cerveau?

Pour faire simple et très schématique, le cerveau est constitué de 3 grandes parties: 

- le cerveau "reptilien" ou "archaïque", c'est la partie instinctive, la plus ancienne, celle qui commande nos fonctions vitales sans que l'on en ai conscience. Il joue un rôle important dans l'attention, la régulation des réactions. C'est un cerveau binaire (oui/non)

- le système limbique, souvent appelé, le cerveau émotionnel, c'est effectivement le centre de nos émotions, de la mémoire à long terme, du plaisir et du déplaisir. Il contrôle et valide les choix opérés par le néocortex

- le néocortex, c'est la partie cognitive, de la pensée, de la réflexion. C'est la partie la plus récente de notre cerveau

Ces 3 parties ne fonctionnent pas de façon isolée, elles entretiennent de nombreuses interactions. Il n'y a pas d'un côté une partie rationnelle, objective, cartésienne et de l'autre une partie subjective, émotionnelle. Ce sont justement ces interactions qui font à la fois la beauté de cet organe et sa complexité. L'imagerie à résonance magnétique a depuis quelques années seulement permis de comprendre certaines de ces interactions. Les neurosciences sont une science assez récente et des découvertes sont faites tous les jours dans ce domaine.

L'articulation entre ces parties de notre cerveau explique plusieurs problématiques propres à la vie de l'entreprise:

- la prise de décision: comment être sûr que l'on prend une bonne décision en faisant abstractions de nos biais cognitifs construits à travers nos expériences, notre culture ou inhérents à la nature humaine

- la transmission des messages: notre capacité à recevoir un message comme l'énoncé d'une stratégie va dépendre de l'expérience de chacun. Les mêmes mots n'auront les mêmes résonances chez tout le monde, chacun ne sera pas motivé par le même aspect du message etc...

Les 85 milliards de neurones qui constituent le cerveau humain et leurs 1 000 000 000 000 000 000 000 000 connections utilisent des neurostransmetteurs pour communiquer entre eux. Pour simplifier, ce sont des éléments chimiques comme des hormones. Il en existe une longue liste mais certaines ont une importance plus grande dans la vie en entreprise:

- la dopamine: c'est l'hormone qui nous pousse à obtenir ce dont on a besoin et à se souvenir comment on l'a obtenu. C'est la satisfaction qu'on ressent quand on résout un problème complexe par exemple. On peut l'associer à la motivation

- la sérotonine: c'est la molécule de l'obtention du respect

- l'ocytocine: c'est l'hormone du lien, de la confiance, de l'appartenance. C'est elle qui fait que l'homme aime être en groupe par exemple

- la testostérone: souvent associée au leadership, c'est à la fois vrai et faux. C'est surtout l'équilibre entre testostérone et cortisol qui est important. NB: les femmes aussi ont de la testostérone!

- le cortisol: souvent associée au stress, de très haut niveaux de cortisol sont souvent un symptôme de burn-out

 

Toutes ces molécules sont des neurostransmetteurs qu'il est important de connaître pour pouvoir développer des qualités essentielles au leadership. Comprendre quels sont les déclencheurs de ces neurotransmetteurs (paroles ou actes) et leurs effets sur l'état émotionnel d'un interlocuteur est une des clés pour une communication efficace et un comportement bienveillant pouvant susciter une plus grande adhésion au message transmis.

barack-obama-1174489_1280_edited.jpg

Application des neurosciences à l'entreprise

Comme nous venons de le voir, les neurosciences peuvent avoir deux champs d'applications dans les entreprises:

1. les mécanismes de prises de décisions

2. le développement du leadership et la communication de la stratégie

Les mécanismes de prises de décision

On aborde ici un sujet délicat tant il est à la confluence de nombreuses problématiques liées aux décideurs:

- priorités et missions du dirigeant: celles-ci seront différentes si l'entreprise est côtée ou pas, en croissance ou en phase de déclin etc...

- incentives de l'équipe dirigeante: quelle est la mesure de la performance et quel est le système de récompense accordée à l'équipe dirigeante. Dans quelle mesure ce système influe-t-il sur les décisions stratégiques

- biais cognitifs: que sont des biais cognitifs, en avons-nous conscience, est-il possible de les contrôler?

- méthodes de décision: quelles seraient des méthodes de décision qui permettraient d'atténuer ces biais cognitifs et de prendre de meilleures décisions

Le développement du leadership et la communication de la stratégie

Une fois les "bonnes" décisions stratégiques prises, il faudra les communiquer à l'ensemble de l'entreprise et s'assurer de leur bonne exécution. C'est là qu'intervient le leadership: cette capacité à emmener un groupe de personnes vers un objectif commun et à le réaliser. Le leadership fait appel à de nombreuses qualités, certaines sont innées mais peuvent être améliorées, d'autres peuvent s'apprendre. La connaissance des neurosciences permet de comprendre certains mécanismes émotionnels utiles au dirigeant. Attention, il ne s'agit pas de manipuler les gens. Une composante essentielle est nécessaire à un leadership efficace: l'authenticité. Si les collaborateurs d'une entreprise sentent qu'un discours de dirigeant n'est pas sincère et sa mise en scène artificielle, alors, le discours se retournera contre le dirigeant. C'est justement là le défi: intégrer la connaissance des neurosciences à sa manière d'être pour en faire une part authentique de son style de leadership.

"L'art de persuader n'a pas changé depuis 2000 ans" (suite)